• 21fév

    Pêche en Mer n°356 - mars 2015Pêche en mer du bord et en bateau

    Introduction de l’article :

    Pêcher le cabillaud (ou la morue)

    Un article complet pour vous aider à traquer la morue, de son vrai nom cabillaud, en période hivernale. Ce dossier traite aussi bien de sa pêche en bateau que de sa pêche du bord.

    A cette période de l’année, la plupart des bateaux sont encore en hivernage. Pendant ce temps, les plus chevronnés traquent le cabillaud, du bord comme en bateau, plus connu sous l’appellation morue.

    Jugez la bête : ce poisson peut atteindre la barre des 15 kg sur nos côtes. C’est ainsi qu’une poignée de pêcheurs avertis ont effectué le minimum vital en terme d’entretien du bateau – la révision moteur – et sont en veille météo permanente pour sortir à la moindre occasion. A chacun ses objectifs. Certains pêchent en surfasting, d’autres au poser en bordure de côte et les traqueurs de spécimens prennent le grand large pour toucher les plus grosses, celles de plus de 8 kg. L’ambiance hivernale du bord de mer est particulière…

    Découvrez l’article complet, les astuces, les montages sur le magazine Pêche en Mer n°356, mars 2015.

    Ci-dessous un aperçu de l’article :

    Pêche en Mer n°356 - mars 2015

    Pêche en Mer n°356 – mars 2015

    Voir aussi sur le web :

     

    – Fiche poisson : La morue

     

    – Les leurres : Tout sur les leurres de pêche

     

    Types de leurres pour la morue :

     

    – Fiche leurre : les virgules

     

    – Fiche leurre : les shads

     

    – Fiche leurre : les slugs

     

    – Fiche leurre : les jigs

     

    – Fiche leurre : les tai jigs et les madai jigs

     

    – Fiche leurre : les cuillers ondulantes

     

    Tags: , , , , ,

  • 21sept
    Pêche en Mer n°351 - octobre 2014

    Pêche en Mer n°351 – octobre 2014

    Les couleurs des leurres

    Introduction de l’article :

    Couleurs des leurres : FAITES LE BON CHOIX

    Devant la palette des coloris existants, il y a de quoi être indécis. Après les incontournables blancs, dos jaune ou dos bleu/noir, notre choix se porte souvent sur des coloris imitatifs à nos yeux. A-t-on raison ou ne vaut-il mieux pas réfléchir un peu plus « poisson » ?

     

    Un sujet complet sur la vision des poissons et les coloris des leurres à choisir en fonction des coins de pêche, de la couleur de l’eau, de la profondeur pêchée et du poisson recherché.

    Voir aussi sur le web :

    - Tout sur les leurres de pêche

     

     

    Ci-dessous un aperçu de l’article :

    Pêche en Mer n°351 - octobre 2014

    Pêche en Mer n°351 – octobre 2014

    Tags: , , , ,

  • 20mar

    Pêche en Mer n°344 - mars 2014Techniques de pêche en mer aux leurres et aux appâts

    Introduction de l’article :

    Trois techniques pour cibler le lieu

    Mars sonne l’occasion de dépoussiérer le matériel en vue de la saison à venir. C’est un excellent mois pour affronter le lieu jaune, poisson combatif pouvant avoisiner les 10 kg. Et pour bien démarrer la saison, voici trois techniques d’approche.

    Le mois de mars est l’un de mes favoris. Il annonce le redémarrage de la saison à venir, montre des journées sensiblement plus longues et les quelques sorties possibles au large sont souvent récompensées par la prise de gros poissons, notamment de la famille des gadidés sur la façade Atlantique. C’est un excellent moment pour rechercher les cabillauds et les lieus jaunes avec à la clé la possibilité de toucher de très gros poissons. Le lieu jaune est une espèce qui évolue dans ses premières années près du littoral, d’abord dans les zones portuaires puis dans les roches côtières. En grandissant, il s’éloigne progressivement de la côte en privilégiant des abris tels que les roches ou les épaves. Les rassemblements de gros lieus sont souvent situés à plus de 10 milles nautiques de la côte et il faut naviguer un peu pour trouver les bons spots. C’est ici que se trouvent les individus adultes que nous recherchons à la ligne en bateau. Ce carnassier peut être considéré comme un poisson de fond comme la plupart des gadidés. Cependant, contrairement au tacaud et au cabillaud, le lieu jaune ne se contente pas uniquement de se nourrir sur le fond. C’est un poisson chasseur qui n’hésite pas à remonter jusqu’à mi-hauteur pour capturer sa nourriture, avec un comportement tantôt méfiant, tantôt opportuniste. Le repas favori des gros lieus jaunes se compose de céphalopodes (sèche, encornets) et de poissons avec une préférence particulière pour le lançon ou les équilles. C’est ce poisson élancé qu’il faut garder en tête pour le choix de nos leurres et c’est lui qu’il faut utiliser en grande priorité pour la pêche aux vifs.

    Trois techniques pour cibler le lieu jaune sur toute la face Ouest de la France, testées et approuvées de la frontière Belge à la Gironde.

    Voir aussi sur le web :

    Fiche leurre : les shads / Fiche leurre : les slugs

    Les montages de leurres souples

    Tout sur les leurres de pêche

    Ci-dessous un aperçu de l’article :

    Pêche en Mer n°344 - mars 2014

    Pêche en Mer n°344 – mars 2014

    Tags: , , , , , , , ,

  • 23avr
    La pêche aux appâts - Code Vagnon

    La pêche aux appâts – Code Vagnon

    Livre : La Pêche aux appâts

    Auteur : Guillaume Fourrier
    Editions
    : Vagnon

    Description :

    Ce livre, clair et pratique, offre toutes les clés nécessaires à la maîtrise de la pêche aux appâts, pratiquée de façon plus ou moins intensive ou experte par des milliers de passionnés. Du simple amateur au pêcheur chevronné, chacun y trouvera son compte, grâce aux conseils, aux informations, aux techniques livrés par le manuel, tous largement illustrés.
    L’auteur, Guillaume Fourrier, est malgré son jeune âge un pêcheur particulièrement expérimenté et reconnu. Ses prises, pêchées aux quatre coins du monde, ont été à plusieurs reprises homologuées records de France ou du monde. Il met régulièrement ses compétences au service de la presse, de l’édition et de la télévision et donne des conférences dans les plus grands salons de pêche internationaux. Il est, chez Vagnon, l’auteur de La Pêche aux leurres, Toutes les pêches en bateau, La Pêche du bar et La pêche à pied.

    Plus de 50 schémas et 150 photos !

    168 pages / ISBN 2857258488

     

    Acheter ce livre : LA PÊCHE AUX APPATS


    Aperçu du livre :

    Exemple de page "Les appâts"

    Exemple de page « Les appâts »

    Exemple de page "Les appâts"

    Exemple de page « Les appâts »

    Exemple de page "Les poissons"

    Exemple de page « Les poissons »

    Exemple de page "Les poissons"

    Exemple de page « Les poissons »

    Exemple de page "Les techniques"

    Exemple de page « Les techniques et le matériel »

    Exemple de page "Les techniques"

    Exemple de page « Les techniques et le matériel »

    Acheter ce livre :  LA PÊCHE AUX APPATS

    Tags: , , , , , , , , , ,

  • 06nov

    L’arrêté fixant les nouvelles tailles légales de capture au 6 novembre 2012 vient d’être publié. Il fait suite à la charte pour une pêche en mer de loisir éco-responsable qui peaufine la réglementation de la pêche de loisir.

    Pêche professionnelle : Les pêcheurs professionnels ne sont pas concernés par cette loi. Un texte ne concernant que la pêche professionnelle pourrait voir le jour prochainement.

    Pavillon Français / Pavillon Belge : Il concerne les poissons capturés sous pavillon Français, peu importe la zone de pêche, et les poissons capturés dans les eaux territoriales françaises, peu importe le pavillon du navire (pavillon Belge, Espagnol, Italien par exemple). Les pavillons Belges ne sont donc pas épargnés.

    Remarques à la première lecture de cet arrêté :
    – Le Barracuda semble oublié.
    – L’Espadon a une taille légale minimale revue à la hausse, mais uniquement en Mer du Nord/Manche/Atlantique ! Dommage pour cette espèce qui se fait de plus en plus rare en Méditerranée.
    – Orphie : Pas de taille minimale en Méditerranée.
    – Sar à tête noire : Pas de taille minimale en Atlantique.
    – Bonites (dont pélamide) : pas de taille limite ! Pourtant des poissons très présents qui peuvent être facilement victimes de surpêches en Méditerranée. La pélamide est de plus en plus présente en Atlantique.
    – Denti, Marbré, Liches : toujours pas de taille minimale.
    – Lieu jaune : il reste à 30 cm, mais ne se reproduit qu’à 60. On aurait aimé une montée, ne serait-ce qu’à 40 cm pour avancer.
    – Pagre : pas de taille minimale de capture en Atlantique…

    Téléchargement (PDF) : Arrêté du 6 novembre 2012 : nouvelles tailles légales de captures

    Tableau des nouvelles tailles légales de captures :

    Poisson Nom scientifique Taille légale
    Mer du Nord,
    Manche,
    Atlantique
    Méditerranée
    Anchois Engraulis encrasicolus 12 cm 9 cm
    Bar commun / Loup Dicentrarchus labrax 42 cm 30 cm
    Bar moucheté Dicentrarchus punstatus 30 cm -
    Barbue Scophtalmus rombus 30 cm -
    Cabillaud Gadus morhua 42 cm -
    Cardine Lepidorhombus spp. 20 cm -
    Cernier Atlantique Polyprion americanus - 45 cm
    Chapon Scorpaena scrofa 30 cm 30 cm
    Chinchard Trachurus spp. 15 cm 15 cm
    Congre Conger conger 60 cm 60 cm
    Corb Sciaena umbra 35 cm 35 cm
    Dorade grise Spondyliosoma cantharus 23 cm 23 cm
    Dorade rose / commune Pagellus bogaraveo 23 cm 33 cm
    Daurade royale Sparus aurata 23 cm 23 cm
    Eglefin Melanogrammus aeglefinus 30 cm -
    Espadon Xiphias gladius 170 cm -
    Flet Platichthys flesus 20 cm -
    Germon Thunus alalunga 2 kg -
    Hareng Clupea harengus 20 cm -
    Lieu noir Pollachius virens 35 cm -
    Lieu jaune Pollachius pollachius 30 cm -
    Lingue Molva molva 63 cm -
    Lingue bleue Molva dipterygia 70 cm -
    Limande Limanda limanda 20 cm -
    Limande sole Microstomus kitt 25 cm -
    Lotte Lophius piscatorius 50 cm -
    Maigre Argyrosomus regius 45 cm 45 cm
    Maquereau Scomber spp. 20 cm 18 cm
    Maquereau mer du Nord Scomber spp. 30 cm -
    Merlan Merlangius merlangus 27 cm -
    Merlu Merluccius merluccius 27 cm 20 cm
    Mérous Epinephelus spp. - 45 cm
    Mostelle Phycis blennoids 30 cm 30 cm
    Mulet Mugil spp. 30 cm 17 cm
    Orphie Belone belone 30 cm -
    Pageot acarne Pagellus acarne - 17 cm
    Pageot gros oeil Pagellus bogaraveo - 33 cm
    Pageot rouge Pagellus erythrinus - 15 cm
    Pagre commun Pagrus pagrus - 18 cm
    Plie/carrelet Pleuronectes platessa 27 cm -
    Rouget barbet ou de roche Mullus spp. 15 cm 15 cm
    Sar commun Diplodus sargus 25 cm 23 cm
    Sar à museau pointu Diplodus puntazzo - 18 cm
    Sar à tête noire Diplodus vulgaris - 18 cm
    Sardine Sardina pilchardus 11 cm 11 cm
    Soles Solea spp. 24 cm 24 cm
    Sparaillon Diplodus annularis - 12 cm
    Thon rouge Thunnus thynnus 30 kg ou 115 cm 30 kg ou 115 cm
    Turbot Psetta maxima 30 cm cm

    L’arrêté du 19 mars 2007 déterminant les tailles minimales de capture des poissons et autres crustacés est annulé.

    Tags: , , , ,

  • 31mai

    Des quotas journaliers pour les plaisanciers

    Après la mesure de gestion des stocks du 17 mai 2011, consistant à couper la queue de certaines espèces pêchées dans le cadre de notre loisir, l’encadrement de la pêche amateur en bateau se renforce avec un nouvel arrêté du 21 mai 2012. Les pêcheurs plaisanciers sont désormais soumis aux quotas suivants :

    – 6 cabillauds (Gadus morhua) maximum par pêcheur embarqué (d’au moins 15 ans) et par jour, dans la limite de 20 cabillauds par bateau.
    – 10 merlus (Merluccius merluccius), 11 soles (toutes espèces) et 11 plies (Pleuronectes platessa) maximum par bateau et par jour ; s’il y a plus de 2 pêcheurs à bord, le nombre de captures est porté à 12 merlus, 13 soles et 13 plies par bateau et par jour.

    Ces espèces doivent être débarquées avec la tête, en vue de pouvoir être mesurées par les affaires maritimes.

    Cette nouvelle réglementation s’applique en Manche-Est et en Mer du Nord, pour faire simple de la frontière Belge à Saint-Malo.


    Voici l’arrêté complet :

    Le Havre, le 21 mai 2012
    Direction Inter-régionale de la mer _ Manche-Est – mer du Nord
    Service Ressources réglementation Économie Formation

    Le préfet de la région Haute Normandie,
    ARRÊTÉ n° 74 / 2012
    Portant sur la limitation des captures effectuées à partir de navires autres que ceux titulaires d’un rôle d’équipage de pêche en Manche et en Mer du Nord.

    VU le règlement (CE) no 811/2004 du Conseil du 21 avril 2004 instituant des mesures de reconstitution du stock de merlu du nord ;
    VU le règlement (CE) no 509/2007 du Conseil du 7 mai 2007 établissant un plan pluriannuel pour l’exploitation durable du stock de sole dans la Manche occidentale ;
    VU le règlement (CE) no 676/2007 du Conseil du 11 juin 2007 établissant un plan pluriannuel de gestion pour les pêcheries exploitant des stocks de plie et de sole en mer du Nord;
    VU le règlement (CE) no 1342/2008 du Conseil du 18 décembre 2008 établissant un plan à long terme pour les stocks de cabillaud et les pêcheries exploitant ces stocks et abrogeant le règlement (CE) no 423/2004 ;
    VU le code rural et de la pêche maritime, et notamment son livre IX relatif à la pêche et à l’aquaculture marine ;
    VU le décret no 90-94 du 25 janvier 1990 modifié, pris pour l’application du titre Il et du titre IV du livre IX du code rural et de la pêche maritime ;
    VU le décret n°90-618 du 11 juillet 1990 modifié relatif à l’exercice de la pêche maritime de loisirs;
    VU l’arrêté ministériel du 15 juillet 2010 modifié déterminant la taille minimale ou le poids minimal de capture et de débarquement des poissons et autres organismes marins ;
    VU l’arrêté ministériel du 17 mai 2011 imposant le marquage des captures effectuées dans la cadre de la pêche maritime de loisir ;
    VU l’arrêté du Préfet de Haute-Normandie no12/81 du 5 mars 2012 donnant délégation de signature en matière d’activités à Monsieur Laurent COURCOL, Directeur interrégional de la mer Manche Est – mer du Nord ;

    CONSIDERANT que les pêcheurs de loisirs réalisent des captures de cabillaud, de merlu, de sole et de plie dans la partie maritime de la Manche et de la Mer du Nord où des mesures de régulation de la pêcherie sont prises pour les navires de pêche professionnelle ;
    CONSIDERANT
    la nécessité de prendre pour la pêche de loisir des mesures de gestion des captures pour les espèces qui sont soumises à des plans de reconstitution ;
    CONSIDERANT que pour maintenir le bon ordre des activités de pêche, il convient que des mesures de limitation des captures soient prises afin d’assurer une cohabitation harmonieuse entre les pêcheurs professionnels et les pêcheurs plaisanciers ;
    CONSIDERANT que les mesures de contingentement des captures permettent d’assurer une gestion durable des ressources halieutiques ;

    SUR proposition du directeur interrégional de la mer Manche Est-mer du Nord;

    ARRETE

    Article 1 :
    Le présent arrêté s’applique à la pêche de loisir exercée à partir de navires ou embarcations, quel que soit leur pavillon, autres que ceux titulaires d’une rôle d’équipage de pêche.
    Il s’applique dans les eaux sous souveraineté ou juridiction française comprises entre la ligne séparative des eaux sous souveraineté ou juridiction française et belge au nord et à l’ouest d’une ligne partant de la limite séparative des départements de la Manche et de l’Ille-et-Vilaine et joignant les points définis au point 1 de l’article 6 du 11 juillet 1990 sus visé.

    Article 2 :
    Dans la zone mentionnée à l’article 1, la pêche, la conservation à bord et le débarquement sont limités pour chacune des espèces suivantes de taille réglementaire à :
    – 10 merlus (Merlucclius merluccius) par navire et par jour,
    – 11 soles (toutes espèces) et 11 plies (Pleuronectes platessa) par navire et par jour,
    – 6 cabillauds (Gadus morthua) par pêcheur embarqué sur le navire et par jour dans la limite de 20 par navire.

    Si le nombre de pêcheurs embarqués à bord du navire est supérieur à deux, le nombre maximum autorisé de captures est porté à : – 12 merlus et à 13 soles et 13 plies.

    Le transbordement des captures est interdit.

    Article 3 :
    Au sens du présent arrêté, sont considérés comme pêcheurs embarqués, les personnes d’au moins 15 ans présentes à bord.

    Article 4 :
    Les poissons sont conservés exclusivement entiers ou éviscérés jusqu’à leur débarquement.  Pour le cabillaud et la sole, cette disposition ne fait pas obstacle au marquage prévu par l’arrêté du 17 mai 2011 susvisé.

    Article 5 :
    L’arrêté n°48/2009 du 23 avril 2009 limitant les captures effectuées à partir de navires autres que ceux titulaires d’un rôle d’équipage de pêche en Manche et en Mer du Nord est abrogé.

    Article 6 :
    Le Directeur Interrégional de la Mer Manche-Est – Mer du Nord est chargé de l’exécution du présent arrêté qui sera publié au recueil des actes administratifs de la préfecture Haute-Normandie ainsi qu’au recueil des actes administratifs de la préfecture des régions Basse-Normandie et Nord-Pas de Calais, ainsi qu’au recueil des actes administratifs de la Somme.

    Pour le préfet de la région Haute-Normandie et par délégation Le directeur interrégional de la Mer Laurent Courcol

    Collection des arrêtés : préfecture H N
    Destinataires :
    DPMA
    DDTM/DML 59 – 62 – 76 – 14 – 50
    CNSP- CROSS Etel
    PREMAR
    Groupement de Gendarmerie maritime
    CRPMEM HN, BN, NPCP


    Photocopie de l’arrêté :

    Arrêté du 21-05-12 - Limitation des captures pour la pêche de plaisance

    Arrêté du 21-05-12 - Limitation des captures pour la pêche de plaisance

     

    Arrêté du 21-05-12 - Limitation des captures pour la pêche de plaisance

    Arrêté du 21-05-12 - Limitation des captures pour la pêche de plaisance

     

    Arrêté du 21-05-12 - Limitation des captures pour la pêche de plaisance

    Arrêté du 21-05-12 - Limitation des captures pour la pêche de plaisance

    Tags: , , , , , , , , , ,

  • 27mai

    Couper la queue des poissons

    Marquage obligatoire des poissons conservés

    Marquage obligatoire des poissons conservés

    Un an après la signature de la charte pour une pêche en mer éco-responsable, qui a remplacé l’idée d’un permis de pêche en mer, le texte de loi indiquant de couper la queue des poissons dès la mise au sec vient d’être publié. En résumé :

    • Couper la partie inférieure de la queue des poissons conservés et destinés à mourir (voir liste).
    • La queue est coupée : du bord dès la capture, en bateau avant le débarquement (les poissons peuvent être conservés vivants dans un vivier avant d’être relâchés).
    • Les poissons doivent être conservés entiers jusqu’au débarquement (pour pouvoir être contrôlés et mesurés).

    Liste des poissons concernés : Bar, Bonite (pélamide), Cabillaud, Corb, Daurade coryphène, Daurade royale, Denti, Espadon, Espadon voilier, Lieu jaune, Lieu noir, Maigre, Makaire bleu, Maquereau commun, Marlin bleu, Pagre, Rascasse rouge, Sar commun, Sole, Thazard/job, Thon jaune, Voilier de l’Atlantique
    Crustacés concernés : Homard et Langouste

    Mon premier constat est le manque de quelques espèces, par exemple le Bar moucheté, la Bonite, la Daurade grise, la Liche, le Maquereau espagnol, le Marbré, le Merlan, la Plie, les Raies, les autres espèces de Sars et le Turbot, alors que certaines d’entres-elles ont une valeur commerciale importante et peuvent être sujets aussi à une vente illégale.

    Ensuite je suis très étonné de la présence du Thon jaune, à mon avis en lieu et place du Thon blanc.


    Arrêté en PDF : PDF – Arrêté – Marquage des poissons

    Texte officiel de l’arrêté exigeant de couper la queue des poissons :

    JORF n°0123 du 27 mai 2011 – Texte n°45

    ARRETE

    Arrêté du 17 mai 2011 imposant le marquage des captures effectuées dans le cadre de la pêche maritime de loisir

    NOR: AGRM1107007A

    Le ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire,

    Vu le règlement (CE) n° 850/98 du Conseil du 30 mars 1998 visant à la conservation des ressources de pêche par le biais de mesures techniques de protection des juvéniles d’organismes marins ;
    Vu le règlement CE n° 2371/2002 du Conseil du 20 décembre 2002 relatif à la conservation et à l’exploitation durable des ressources halieutiques dans le cadre de la politique commune de la pêche ;
    Vu le règlement (CE) n° 1967/2006 du Conseil du 21 décembre 2006 concernant des mesures de gestion pour l’exploitation durable des ressources halieutiques en Méditerranée et modifiant le règlement (CEE) n° 2847/93 et abrogeant le règlement (CE) n° 1626/94 ;
    Vu le règlement (CE) n° 1224/2009 du Conseil du 20 novembre 2009 instituant un régime communautaire de contrôle afin d’assurer le respect des règles de la politique commune de la pêche ;
    Vu le règlement (CE) n° 1288/2009 du Conseil du 27 novembre 2009 instituant des mesures techniques transitoires du 1er janvier 2010 au 30 juin 2011 ;
    Vu le code rural et de la pêche maritime, notamment le livre IX ;
    Vu le décret n° 90-94 du 25 janvier 1990 modifié pris pour l’application de l’article 3 du décret du 9 janvier 1852 modifié fixant les conditions générales d’exercice de la pêche maritime dans les eaux soumises à la réglementation communautaire de conservation et de gestion ;
    Vu le décret n° 90-95 du 25 janvier 1990 pris pour l’application de l’article 3 du décret du 9 janvier 1852 modifié fixant les conditions générales d’exercice de la pêche maritime dans les zones de pêche non couvertes par la réglementation communautaire de conservation et de gestion ;
    Vu le décret n° 90-618 du 11 juillet 1990 modifié relatif à l’exercice de la pêche maritime de loisir ;
    Vu l’arrêté du 15 juillet 2010 déterminant la taille minimale ou le poids minimal de capture et de débarquement des poissons et autres organismes marins ;

    Considérant l’adoption de la « charte d’engagements et d’objectifs pour une pêche de loisir éco-responsable » signée le 7 juillet 2010 dont l’un des buts est la lutte contre les ventes illégales de produits de la mer,

    Arrête :

    Article 1

    Le présent arrêté s’applique à la pêche maritime de loisir exercée sous toutes ses formes à pied, du rivage, sous-marine ou embarquée.

    Il s’applique dans les eaux sous souveraineté ou juridiction française.

    Article 2

    Dans la zone et pour les activités de pêche visées à l’article 1er, les spécimens des espèces pêchées dont la liste est annexée au présent arrêté doivent faire l’objet d’un marquage. Ce marquage consiste en l’ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale.

    Article 3

    Les spécimens des espèces pêchées par des plaisanciers embarqués ou des pêcheurs sous-marins pêchant à partir d’un navire sont marqués dès la mise à bord, sauf pour les spécimens qui sont conservés vivants à bord avant d’être relâchés. Le marquage s’effectue, dans tous les cas, avant le débarquement.

    Pour les pêcheurs sous-marins pratiquant à partir du rivage, ce marquage doit intervenir dès qu’ils ont rejoint le rivage.

    Pour les pêcheurs à la ligne pratiquant depuis le rivage, ce marquage doit intervenir dès la capture.

    Article 4

    Hormis l’opération de marquage, les spécimens pêchés doivent être conservés entiers jusqu’à leur débarquement, le marquage ne devant pas empêcher la mesure de la taille du poisson.

    Article 5

    Tout manquement aux présentes dispositions, notamment en ce qui concerne le marquage, peut donner lieu, indépendamment des sanctions pénales susceptibles d’être prononcées, à l’application d’une sanction administrative prise conformément à l’article L. 946-1 et L. 946-4 du code rural et de la pêche maritime ou à des mesures conservatoires prises conformément à l’article L. 943-1 du même code.

    Article 6

    Le directeur des pêches maritimes et de l’aquaculture et les préfets de région concernés sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

    A N N E X E
    LISTE DES ESPÈCES DEVANT FAIRE L’OBJET D’UN MARQUAGE

    NOM COMMUN NOM SCIENTIFIQUE
    Bar/loup Dicentrarchus labrax
    Bonite Sarda sarda
    Cabillaud Gadus morhua
    Corb Sciaena umbra
    Denti Dentex dentex
    Dorade coryphène Coryphaena hippurus
    Dorade royale Sparus aurata
    Espadon Xiphias gladius
    Espadon voilier Istiophorus platypterus
    Homard Homarus gammarus
    Langouste Palinurus elephas
    Lieu jaune Pollachius pollachius
    Lieu noir Pollachius virens
    Maigre Argyrosomus regius
    Makaire bleu Makaira nigricans
    Maquereau Scomber scombrus
    Marlin bleu Makaira mazara
    Pagre Pagrus pagrus
    Rascasse rouge Scorpaena scrofa
    Sar commun Diplodus sargus sargus
    Sole Solea solea
    Thazard/job Acanthocybium solandri
    Thon jaune Thunnus albacares
    Voilier de l’Atlantique Istiophorus albicans

    Fait le 17 mai 2011.

    Pour le ministre et par délégation :

    Le directeur des pêches maritimes et de l’aquaculture, P. Mauguin

    Arrêté en PDF : PDF – Arrêté – Marquage des poissons

    Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

  • 25sept

    Audition des poissons et sonorité des leurres (partie 2)

    Pêche en Mer n° 303, Octobre 2010
    PEM 303 - Audition des poissons et sonorité des leurres
    aaa
    bbb

    PEM 303 - Audition des poissons et sonorité des leurres

    Introduction de l’article :

    Après avoir étudié comment les poissons détectent les vibrations sonores et peuvent émettre des « sons » (PEM 302), intéressons nous aux types de leurres qui disposent de la sonorité la plus proche des proies chassées, sur les plans de la tonalité et de la fréquence.

    Après avoir étudié la manière dont les carnassiers perçoivent des sons, découvrons ici les sons produits par les proies favorites que nous cherchons à imiter : crevettes, maquereaux, chinchards, crabes, sardines, civelle… Voyons ensuite quels types de leurres imitent au mieux chaque proie de nos carnassiers marins, en particulier pour la pêche du bar (Dicentrarchus labrax).

    On parle dans cet article des rattles en plastique ou en verre, des billes bruiteuses aiguës, de grosses billes (sonorité graves), des hélices et de tous les artifices sonores existant sur nos leurres…

    Voir aussi sur le web :

    – Le bar (Dicentrarchus labrax) : La biologie complète du bar ou loup

    – Les leurres (pour le bar entre autre) : Tout sur les leurres de pêche

    Types de leurres qui peuvent émettre du son :

    Fiche leurre : les stickbaits

    Fiche leurre : les poissons à hélice(s)

    Fiche leurre : les poppers

    Fiche leurre : les jerkbaits

    Fiche leurre : les longbill minnows

    Fiche leurre : les vibrations

    Tags: , , , , , , , , , , , , ,

  • 15août

    Audition des poissons et sonorité des leurres (partie 1)

    Pêche en Mer n° 302, Septembre 2010
    Pêche en Mer 302 - Audition des poissons et sonorité des leurres

    Pêche en Mer 302 - Audition des poissons et sonorité des leurres

    Introduction de l’article :

    Si la presque totalité des poissons détectent les vibrations sonores grâce à des « oreilles » internes, de nombreuses espèces sont productrices de messages sonores. Comment alors utiliser à bon escient la sonorité d’un leurre ? Éléments de réponse…

    Cette investigation a pour but de comprendre la manière dont les carnassiers perçoivent les sons, en particulier ceux émis par nos leurres. Il s’agit d’un dossier copieux qui est présenté en 2 parties (partie 1 n°302 et partie 2 n° 303 d’octobre 2010). Il traite notamment du fonctionnement de l’audition chez les poissons. Vous trouverez aussi une description des sons produits par les proies favorites que nous cherchons à imiter : crevettes, maquereaux, chinchards, crabes, sardines, civelle… Enfin, une synthèse des différents sons produits par nos leurres (billes bruiteuses aigues ou graves, rattles, hélices, pops…) permet de comprendre quel leurre utiliser en fonction du biotope de notre zone de pêche, en particulier pour la recherche du bar (Dicentrarchus labrax).
    J’ai trouvé ce sujet particulièrement intéressant : croisée des recherches scientifiques et de l’expérience des pêcheurs. Mais les systèmes de communications acoustiques nous laisse encore beaucoup de lacunes et nous montrent bien qu’il nous reste beaucoup de choses à apprendre dans l’art de la pêche.

    Voir aussi sur le web :

    – Le bar (Dicentrarchus labrax) : La biologie complète du bar ou loup

    – Les leurres (pour le bar entre autre) : Tout sur les leurres de pêche

    Types de leurres qui peuvent émettre du son :

    Fiche leurre : les stickbaits

    Fiche leurre : les poissons à hélice(s)

    Fiche leurre : les poppers

    Fiche leurre : les jerkbaits

    Fiche leurre : les longbill minnows

    Fiche leurre : les vibrations

    Tags: , , , , , , , , , , , , ,

  • 20fév

    Je suis interviewé par le magazine Loup&Bar

    Loup&Bar n° 30, Février-Mars 2010

    Une interview publiée par le magazine Loup&Bar sur mon parcours. Merci à la revue pour cette publication.

    Interview - Guillaume Fourrier - Mr Gros Poissons


    Interview - Guillaume Fourrier - Mr Gros Poissons


    Interview - Guillaume Fourrier - Mr Gros Poissons

    Interview dans Loup&Bar

    Loup&Bar 30 - Février-Mars 2010

    Loup&Bar 30 - Février-Mars 2010

    Introduction de l’article :

    Responsable du développement de la marque Sakura, Guillaume Fourrier est passionné des pêches modernes aux leurres. Ses connaissances du marché, du milieu marin et du comportement des carnassiers guident ses recherches sur les leurres et les cannes. Et font de lui un spécialiste du gros poisson.

    Tags: , , , , , , , , ,

« Previous Entries   

Recent Comments

  • Lisez Pêche en Mer cette année (2016), vous ne serez pas déç...
  • Bonjour Ce livre présente tous les types de leurres et les a...
  • Je ne peux pas ne pas commenter. Impeccablement écrit!...
  • Merci pour votre article, bonne journée....
  • Morue pechee par ERIC a belle isle l ete dernier. 15.00kgs. ...